La Foire aux Questions regroupe les questions les plus fréquemment posées au sujet des murder parties. Nous vous recommandons de la lire, tout en gardant à l'esprit qu'il ne s'agit que d'explications volontairement rapides et donc simplifiées. 

Quelle est la différence entre une murder party et un GN (Grandeur Nature) ?

Cette question pourrait être comparée à celle-ci : "quelle est la différence entre la littérature et les livres policiers ?". La murder party est un cas particulier du GN, qui lui-même est une évolution des murder parties (voir la définition du GN donnée par la FédéGN). Aujourd'hui, on entend la murder party comme une forme de jeu d'enquête intéractive, où l'action a une durée relativement courte (d'une soirée à un petit week-end), un nombre de joueurs relativement restreint (entre 10 et 20 joueurs, très rarement plus), et où un crime de sang est le point central de l'intrigue. Souvent, les habitués du GN parlent de "huis clos" par assimilation, mais il existe des GN "huis clos" qui n'entrent pas le cadre de la murder party. Cela ne signifie pas qu'ils soient inintéressants, mais juste qu'ils sortent du champ de notre spécialité. Bien évidemment, comme toutes règles, on peut les violer mais à condition de le faire en connaissance de cause et de savoir pourquoi. 

Une soirée enquête, c'est une sorte de murder party ?

Oui, absolument. Une soirée enquête est une murder party dont le mécanisme de jeu fait appel à des points-actions et/ou un certain nombre d'éléments virtuels (lieux, indices, actions). Le terme de "soirée enquête" a été rendu populaire par les éditions SPSR et Asmodée (1990-2000 environ), qui l'ont utilisé pour leurs jeux commercialisés (aujourd'hui épuisés, disponibles en partie en téléchargement via ce site). D'une façon générale, les murder parties utilisant ce type de mécanisme sont appelées soirées enquêtes : une dizaine de joueurs, des points-action, un ensemble d'intrigues et d'indices formant grosso-modo un puzzle intellectuel, jouable en quelques heures. Il est important de bien comprendre que ce type de jeu n'est qu'une petite partie de ce qui existe en murder party, et donc d'une façon plus générale en GN. 

 

Quelle est la différence entre une murder party et un Cluedo™ ?

Une murder party n'est pas un jeu de société comme l'est Cluedo™ : une murder party, c'est une histoire qui se déroule en grandeur réelle; un peu comme si chacun des joueurs était vraiment le Colonel Moutarde ou Mlle Rose. Dans une murder party, il n'y a pas de dés, pas de cartes, pas de pions ou de plateau de jeu : le terrain de jeu c'est le lieu (maison, appartement, château), les pions ce sont les joueurs eux-même ! En murder party, tout le monde joue en même temps, ensemble : vous n'attendez pas votre tour pour jouer. Vous ne jouez pas votre destin à la roulette. Dans une murder party, il n'y a pas de "gagnant" ou de "perdant". 

Quelle est la différence entre une murder party et un jeu de rôle "sur table" ?

En général, dans un jeu de rôle sur table, vous êtes assis... autour d'une table. Vous n'êtes pas costumé (sauf rares exceptions), vous ne vous déplacez pas. Le MJ a connaissance et gère l'ensemble des actions de chacun des joueurs. Dans une murder party, tout cela disparaît. La plupart des actions sont jouées, l'orientation narrative du jeu de rôle "sur table" disparaît. Bien entendu, on ne tue personne réellement, mais les autres actions sont jouées (en particulier : convaincre, discuter, fouiller, etc.) même si parfois des mécanismes de simulation sont utilisés pour réaliser certaines actions (par exemple : hypnose). Enfin, il est rare de retrouver le même personnage d'une murder party à l'autre. La notion de "campagne" est rare.

Quelle est la différence entre une murder party et un Killer (une Traque) ?

Le Killer (aussi appellé Traque) est un jeu de tueurs à gages où chacun est à la fois proie et assassin, ce qui n'est pas le cas dans une murder party (en général en tout cas). Dans un killer, les personnages sont extrêment peu détaillés, seul l'objectif compte. Dans une murder party, c'est habituellement plutôt l'inverse ! Le killer est une forme de murder party qui aurait perdu son origine de jeu de rôle pour ne garder que l'action d'enquête et de crime.

Quelle est la différence entre une murder party et une Soirée Meurtre et Mystère ?

Une soirée meurtre et mystère consiste, de façon générale, en un dîner rassemblant plusieurs dizaines de personnes. Quelques uns de ces convives sont des joueurs-acteurs; l'assassin, la victime, le complice et quelques "fins limiers" sont parmi eux. Les autres convives sont des joueurs-spectateurs, leur rôle ne consistant qu'à observer le déroulement des évènements et déduire qui est l'assassin avec les indices qu'ils ont vu ou entendu.

Dans ce genre de soirée de jeu, l'interaction est faible, et la soirée se termine par la découverte du meurtrier par l'un des fins limiers. Chaque joueur-spectateur peut alors voir si sa propre théorie était vraie ou non. Bien entendu, ce genre de soirée présente le risque de laisser une grande partie des joueurs-spectateurs dans une attitude attentiste : wait and see. En revanche, elle est plus adaptée qu'une "murder party" pour de grands groupes. Comme elle se déroule souvent dans un restaurant, les prix s'en ressentent d'autant à la hausse.

Il existe une deuxième sorte de Soirées (ou Souper) Meurtre et Mystère. Ce terme est en effet utilisé au Québec pour désigner des jeux de société où chacun incarne un protagoniste dans une histoire policière écrite à l'avance. Chacun reçoit avant le jeu un petit livret qui détaille les phrases qu'il devra dire, les questions qu'il devra poser et les réponses à donner à ces questions. Cette forme de "théâtre assis autour d'une table" est très en vogue au Québec et d'une façon générale en Amérique. La version anglophone de ce genre de soirée s'appelle "murder mystery game".

En deux mots et pour simplifier : dans une soirée meurtre et mystère, le roleplay et l'interaction sont limités à un minimum et bridés par une forme de dirigisme que l'on se doit de fuir en murder party. C'est pour cela, entre-autres, que les termes sont différents. 

Une murder party, c'est une soirée de team building / incentive ?

La murder party peut servir parfois de support à des week-ends de team building, ou d'incentive. Cette formule présente l'avantage de permettre aux plus timides d'avancer par l'effet de leur groupe de joueurs, et parfois de se révéler de très bons déducteurs : on peut être bon détective et mauvais déducteur, piètre investigateur et excellent en résolution d'énigmes... Chacun son talent ! Si vous êtes à la recherche de ce genre de murder party : consultez les sites spécialisés.

Quel est le but du jeu ? Qui gagne ?

Le but du jeu est simple : jouer et rendre son personnage le plus possible. Trouver l'assassin est secondaire ! Cela, tout le monde l'a bien compris. Mais en fait, le but du jeu est bien plus que cela : c'est vivre un moment rare, jouer un personnage différent de celui qu'on est tous les jours, et surtout passer une excellente soirée. C'est là que se trouve la véritable substance du jeu : le roleplay. Le gagnant ? Mais est-il vraiment besoin d'un gagnant ?

Dit-on "un" ou "une" murder party ? Et au pluriel ?

Une murder party; des murder parties. Et puisqu'on en est dans la sémantique : attention à la différence entre meurtre et assassinat, le second étant un meurtre prémédité.

Qui a inventé les murder parties ?

Franchement, on ne sait pas. Il existe des preuves que le terme existe depuis plus d'un siècle; le concept de jeu d'enquête date d'encore plus loin. Son association avec une soirée costumée, puis le jeu de rôles en réel, est plus récente. Ce qui est certain, c'est que la consonnance anglaise ou américaine de la murder party est un leurre. Le terme n'existe d'ailleurs pas dans les pays anglophones où on parle de "murder mystery game" (voir plus haut pour la différence) .

Dans la littérature, vous trouverez chez Agatha Christie ("Un meurtre sera commis"), J-D Carr et Paul Halter des références extrêmement précises à des murder parties. De même, Monsieur Henry Bordeaux de l'Académie Française a publié en 1932 le roman "Murder-Party ou Celle qui n'était pas invitée", dans lequel il raconte le déroulement d'un jeu d'enquête appellé murder party...

 

Dans les fiches personnages, doit-on mettre si la personne est l'assassin ou pas ?

C'est à vous de choisir dans le cadre de votre scénario. Dans certaines murder parties, cela ne sera pas possible car l'assassin s'ignore. Dans d'autres, cela est nécessaire car il s'agira par exemple d'un meurtre commandé. Le choix du scénariste doit être cohérent, et il est recommandé d'écrire une petite "notice" pour l'organisateur et le debriefing. Dans tous les cas : il faut écrire ce que le personnage sait, ni plus ni moins. Notez également que cela s'applique aussi aux autres informations que le personnage sait : s'il est malade, s'il a dit quelque chose à un autre personnage, etc. D'une façon générale, il est impossible de répondre à cette question sans entrer dans le détail de votre scénario. 


A quoi sert le scénario ? Je suis obligé d'en avoir un ?

Oui : le scénario est indispensable. Pour qu'une murder party puisse fonctionner, il faut bien qu'il y ait une histoire commune aux personnages, une trame. Cette trame, c'est le scénario. Souvent, cela s'inspire de romans policiers (Agatha Christie, J.-D. Carr, etc.) ou de films. Il s'agit d'une enquête policière sur un meurtre, et comme par hasard chacun des joueurs présents est un assassin potentiel : avait-il un mobile, une arme, ou le temps de tuer ? Telle est la question qui devra revenir toute la soirée... mais bien entendu, ce n'est ici qu'un cas simple ! Ainsi, il est obligatoire d'avoir un scénario, quelle que soit la forme qu'il prendra. 

Je cherche un sénario de murder party pour x personnes. Si vous pouviez m'envoyer le sénario...

On pourrait aussi jouer à votre place, hein ? Allons, si vous n'avez même pas le courage de prendre le temps de lire quelques scénarios avant de faire votre choix vous-même, oubliez toute idée d'organiser une murder party : cela vous demanderait des efforts au-dessus de vos forces... De plus, nous n'envoyons jamais les scénarios par e-mail : vous pouvez les télécharger vous-même.

Si vous ne trouvez aucun scénario à votre convenance, n'oubliez pas que ceux qui sont à votre disposition sont mis en ligne avec la générosité de leurs auteurs. Mettre en forme et rendre accessible un scénario est un travail à part entière, long et pénible, qui explique le nombre limité de scénarios disponibles en téléchargement. 

Faut il mettre en scène et jouer le meurtre ?

Cette décision vous revient, selon votre capacité à réaliser ou non cette mise en scène. Pour des questions de réalisme et de plaisir ludique, si le meurtre a lieu pendant la soirée, il faut le mettre en scène réllement : D'une part, pour ajouter de la crédibilité à l'histoire, et d'autre part pour que les joueurs aient une chance de voir l'assassin commettre son meurtre. Dans une murder party, l'assassin peut se faire prendre... A lui de décider alors s'il fait taire les témoins :-) 

Le meurtrier a-t-il le droit de tuer pendant la soirée sans que la victime ait à attendre la fin de la partie ?

Il est vrai que le point névralgique d'une murder party est tout de même le "meurtre" d'un joueur, ce qui malheureusement met hors jeu la "victime". C'est pour cela que bon nombre de scénarios doivent comporter des personnages supplémentaires qui serviront de rôle de rechange pour les infortunées "victimes".
Prenons les trois cas les plus courants : 1) le meurtre est virtuel et a eu lieu "avant" le début de la murder party. Pas de problème alors. 2) la victime est un organisateur/PNJ : ce n'est pas grave, il revient avec un rôle de remplacement. 3) la victime est un joueur. C'est le cas critique car il ne peut pas "revenir" s'il connait l'assassin, ou alors il sera forcément complice, témoin, ou un autre rôle de ce genre. Mais dans ce cas, le scénario doit être suffisamment travaillé pour que le joueur ait matière à un vrai rôle intéressant et non biaisé, ce qui est un véritable exercice de style en murder party, en raison du faible nombre de joueurs et donc de trames scénaristiques.

Dans tous les cas, une seule règle doit s'appliquer : les joueurs sont libres d'agir selon leur rôle et le respect de leur personnage, des circonstances et de la crédibilité logique de leurs actions. 

Les joueurs ont fait un truc pas prévu. Je leur dis de revenir en arrière, d'annuler ?

Non ! Les joueurs sont libres d'agir dans le cadre de leurs personnages et de leurs objectifs. Ils feront toujours des choses imprévues; un bon scénario sera capable d'absorber ces imprévus. 

Je souhaite organiser une murder pour la première fois, je recherche un scénario simple à mettre en place, accessible aux débutants, facile.

Organiser une murder party n'est jamais très facile. Certains sites proposent gratuitement de nombreux documents d'aide à l'organisation, des méthodes et des conseils, tant sur le choix du scénario que de l'organisation du jeu. Pourtant, nous ne pouvons que vous inviter à être avant tout un joueur, au moins une fois : on ne peut que vous mettre à disposition des connaissances, mais en aucun cas de l'expérience. 

Enfin, si c'est votre première organisation, prévoyez du temps supplémentaire pour préparer à fond votre jeu. 
Il n'existe aucune méthode parfaite ou sûre pour organiser une murder party. Plus vous jouerez, et plus vous apprendrez. Observez, regardez, c'est la meilleure école. 

Comment marche le système des points-actions dans la soirée enquête x ?

Les joueurs disposent de X points d’actions (le nombre est à déterminer par rapport àl’intrigue ou des actions qu’ils auraient à faire). Les points ont parfois une valeur financière ou monnaie de jeu. Les joueurs peuvent échanger des informations ou indices contre des points d’actions auprès d'un organisateur ou entre-eux. Les points actions servent aussi bien tendu à faire des actions, comme la fouille. Voici la méthode courrament utilisée dans les Soirées Enquêtes de SPSR : il a également des pièce à visiter fictivement. Pour cette action le joueur se rendra dans la pièce des organisateurs, en échange d’un PTS d’actions, il fouillera la pièce de son choix et recevra un indice. Il ne pourra revenir fouiller une pièce qu’après un tour complet de passage des joueurs.

Les points-action peuvent servir, suivant la Soirée-Enquête, pour des actions spécifiques comme : téléphoner, consulter un ordinateur, empoisonner, hypnotiser... Consulter en détail le scénario pour trouver ces informations.

Concrètement, comment se passe une murder party ?

Pendant une murder party, les joueurs incarnent leur personnage, et le jouent en comme des acteurs : on n'est pas assis autour d'une table avec l'imaginaire pour seul décor. Les actions sont faites réellement par chaque joueur qui joue un véritable role de composition : on se déplace, on fouille pour trouver des indices, on questionne des témoins pour comprendre qui est l'assassin. Les joueurs sont costumés, pour mieux vivre leur personnage et ajouter à l'ambiance. La musique, le décor, les accessoires et parfois même la nourriture sont en accord avec le thème et la période de l'histoire dans laquelle se déroule le jeu. Un maximum de choses sont réelles pour entrer dans l'ambiance et s'immerger dans son rôle.

Peut-on être organisateur sans connaître le fin mot de l'histoire ?

Sauf exception, non. Un organisateur connait de nombreuses informations sur le scénario, normalement il le connaît en intégralité et à la perfection. D'une façon générale, il n'est pas possible d'être organisateur sans savoir le fin mot de l'histoire. Bien connaître le scénario, le "maîtriser", est une condition essentielle pour bien mener le jeu. 

J'ai organisé une murder party. Comment puis-je donner mes impressions, partager mon expérience ?

C'est très facile : vous avez la possibilité d'écrire des commentaires pour toutes les murder parties présentées sur Murderparty.be. Vous pouvez bien entendu aussi nous envoyer des photos, articles, réactions par e-mail, et nous mettrons probablement tout ça en ligne sur le site. On compte sur vous !

Quelle est la différence entre votre site et les autres ?

Notre site est avant tout un lieu d'échange, de partage. Nous mettons à la disposition de tous le maximum de scénarios, d'idées et de conseils sur la préparation, la rédaction, ou l'organisation d'une murder party. Notre but n'est pas de concurrencer les autres sites (dont certains sont excellents), mais d'être complémentaires. Nous n'avons pas la prétention d'apporter une "bonne parole" ou une vision unique des murder parties; nous espérons simplement présenter un loisir qui nous passionne, un jeu différent des autres et l'approche que nous en avons. Si vous souhaitez visiter d'autres sites sur le sujet, parcourez notre section liens.

Je déteste les murder parties !

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, n'est ce pas ?